Numéro 3 06/2017

Accueil Numéros Numéro 3 06/2017
Construction identitaire et identité collective

Introduction à la théorie spinoziste des sentiments (deuxième partie)

Au sein de cette deuxième partie de l’introduction à la théorie spinoziste des sentiments, nous nous intéresserons a la légitimité contemporaine de cette même théorie, en présentant les travaux du neurologue américain Antonio R. Damasio tels qu'ils sont exposé dans son livre Spinoza avait raison.

Les auteurs du numéro 3

Les auteurs de ce numéro sont : philosophes, sociologues, coach. Alatorre R., Bagur T., Torraca D. et Wittorski R.

La reconnaissance d’autrui chez Max Scheler (deuxième partie)

Dans cette deuxième partie, en partant de la reconnaissance sympathique, nous allons analyser les phénomènes de la sympathie selon les quatre modalités développées par Scheler, à savoir la sympathie en tant que partage total du sentiment, la sympathie en tant que compréhension du sentiment, la reproduction affective et la fusion affective. Cette analyse nous montrera les raisons pour lesquelles la sympathie doit être l’évènement primordial dans la reconnaissance d’un autre que moi-même.

Compte Rendu : Benedict Anderson, L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, (La Découverte, 2002 [1983])

Ce compte rendu critique nous permettra de proposer aux lecteurs un résumé argumenté du livre L’imaginaire national de Benedict Anderson, et ainsi d’aborder la question de la constitution d’une identité collective qui est déterminante pour les individus, à savoir l’identité nationale. Nous espérons ainsi permettre au lecteur de mieux comprendre, en faits, certains phénomènes de construction d’identité collective, thème par ailleurs présenté dans l’article de Richard Wittorski, « La notion d’identité collective », dans ce même numéro.

La notion d’identité collective

Nous verrons d’abord que cette notion d’identité collective engage autant le collectif que l’individu, en ce qu’elle est à la fois révélatrice de la conscience d’un groupe et subjectivement vécue. Il sera ensuite question de la formation de cette identité collective ainsi que de ses modalités d’évolution. Nous verrons ainsi qu’elle se construit en définitive par et dans l’action collective.